Carnet de santé

dimanche 8 mai 2016, par Denis

Carne (mon carnet de sans T... Désolé...)

Souvent l’on me demande si je me suis déjà blessé... La réponse est non. Enfin, une seule fois... Au début, la première année de mon changement de vie sportive. J’ai eu une inflammation des ligaments du genou droit, totalement due à une erreur de jeunesse. Lors d’un entraînement, j’ai voulu courir un 10km au plus vite possible pour connaître mon temps, quel crétin ! J’avais simplement voulu faire les 10 km de la course avant la course... Une erreur de débutant. J’ai commencé à sentir une douleur au 5eme km mais n’ai pas souhaité m’arrêter. Bilan, j’ai boité pendant 10 jours.

Mais depuis 8 ans, aucune blessure, et pourtant, je vous rappelle que je n’ai rien d’un champion, ou d’une prédisposition particulière pour le sport. Quelques détails...

A 20 ans déjà... Des problèmes de coeur, et de pieds !

Je fais partie de la génération qui a fait son service militaire (c’était un temps que les jeunes de moins de 40 ans ne peuvent pas connaître...). Une vaste perte de temps, car je n’étais pas suffisamment mature à l’époque. Du coup, je l’ai assez mal vécu. Avant d’intégrer le service militaire, nous devions passer les 3 jours (qui ne duraient plus qu’un jour et demi à l’époque).

Aux "3 trois jours", l’on m’a diagnostiqué :

  • un souffle au coeur,
  • une hypertension (17/12 !),
  • des pieds plats.

Mais malgré ça, je n’ai pas été exempté ! Arrrg. J’aurais été satisfait... Mais non. J’ai simplement été dispensé de port de sac à dos de plus de 12 kg. Affectation : chasseurs alpins d’Annecy. Merci les gars ! Le doc militaire m’a conseillé d’aller consulter un cardiologue, pour confirmer son diagnostic, somme toute assez rapide. Ce fut chose faite, le diagnostic a été confirmé. Le cardio m’a alors indiqué qu’une opération pouvait être envisageable, à moi de choisir. Bah, à 20 ans, on choisit de ne pas la faire... Et j’ai bien fait.

20 ans plus tard

La médecine a fait des progrès. Mon souffle au coeur est toujours là. Je vous passe les termes techniques, il y en a une page à chaque visite, mais globalement, pour le moment, la situation n’empire pas. Pour le dysfonctionnement, je suis au niveau 3 sur une échelle allant jusqu’à 5. Y’a d’la marge !

Maintenant, avec les outils, les docs arrivent à mesurer l’ampleur du dysfonctionnement des valves. Je suis soumis à un contrôle cardio annuel, test d’effort et à une prise de tension par semaine, mais rien de plus. Je dois faire attention de ne pas tomber malade, les infections s’attaquant en priorité aux valves cardiaques. Et pour cela, rien de mieux que le running pour ne pas tomber malade !