Pourquoi ce blog ?

Tiens oui, pourquoi ?

lundi 9 mai 2016, par Denis

Et pourquoi pas ? :) Un rebelle de la publication se réveille... On me demandait souvent des infos sur le pourquoi de la course à pied, comment je fais pour m’entraîner, mes courses, etc. Voilà... Voilà...

- Mais mon blog, c’est aussi pour lâcher ces réseaux sociaux pourris

Déjà pour reprendre un peu la main sur les infos qui me concerne. C’est plus facile à gérer si on le fait soi-même. Facebook, twitter et autres bidules, c’est sympa, mais tout ce que l’on publie leur appartient (droits d’auteur cédés à vie...). Déjà sur le principe je trouve cela limite. Ce n’est pas que j’ai l’audace de penser que ce que je publie est intéressant ou à une quelconque valeur, cela n’en a pas, mais bosser pour eux pour rien, c’est du uber en suppositoire et je n’aime pas ça...

Pour moi, hors de question de continuer à engraisser encore un peu plus ces firmes qui traquent toutes vos préférences pour vous coller de la pub ou vendre votre profil au plus offrant. De plus, sur Facebook, y a plus que des vieux (comme moi !), sur Twitter des asociaux (comme moi !), donc voilà..

Au moins, sur mon blog, je n’emmerde personne, vous n’êtes pas tenu de supporter mes posts. Si cela ne vous plaît pas, ne revenez pas :)

Au début de la pré-histoire...

Au départ, un peu de footing pour perdre quelques kilos superflus, à l’arrivée, un marathon sous les 3 heures, et le chelem des majors marathons réalisé (seulement 590 athlètes dans le monde l’avaient réalisé en février 2016).

Encore un blog de sportif... Mais, à la différence, celui-là n’a rien d’un vrai sportif, très loin d’être un champion ! Je suis un type ordinaire, n’ayant jamais effectué de sport de ma vie, jusqu’à mes 40 ans. Je n’ai aucune prédisposition pour le sport, au contraire, même... Quelques anomalies cardiaques et un système vasculaire digne d’une grand-mère de 80 ans... A 40 balais, je me suis néanmoins mis au footing, pour perdre du poids (12 kg de sur-poids), pour éviter d’avoir 20kg en trop à 50 ans.

Comme beaucoup dans ce cas, je me suis alors pris au jeu de la progression en course à pied, jusqu’à vouloir faire le chelem des majors marathons et les championnats de France.

Aujourd’hui, sous les 3 heures au marathon (quand tout va bien...), je n’ai toujours rien d’un champion, mais suis fier de ma progression.

Il y a 10 ans, j’étais un tocard improbable, je suis cette année qualifié aux championnats de France des 10km, du Semi-Marathon et du Marathon.

J’espère que mon témoignage servira aux lecteurs qui doutent de leur capacité à réaliser leurs objectifs... C’est possible !