Marche Nordique Tour, Langueux 2016, ou la peur du jugement dernier...

1ère expérience d’une épreuve de Marche Nordique sportive, labellisée FFA. Quand la crainte de la décision des juges remet en cause l’activité sportive en elle-même...

mardi 21 juin 2016, par Denis

Marche nordique

La marche nordique aurait de nombreux bienfaits pour notre corps. La marche nordique fait appel à 80% de nos groupes musculaires, et se classe donc parmi les activités physiques les plus complètes.

En loisir, la pratique de la marche nordique est facile, chacun faisant au mieux avec ses bâtons. L’idée étant que nos 4 membres participent à notre déplacement.

En marche nordique "sportive", cela se complique, des règles de posture sont à respecter impérativement. Et c’est parfois le drame...

La marche nordique, des juges tous les 200 mètres...

En compétition, la FFA a édité une liste de règles à respecter strictement afin d’éviter que cela se transforme en une course à pied déguisée, ou empiète sur les plates-bandes de la marche athlétique. Des juges, au nombre de 15 pour une boucle de 3km (soit tous les 200 mètres en théorie !) doivent donc veiller à ce qu’aucun marcheur n’enfreigne les règles dictées par la FFA.

A chaque faute, le juge peut attribuer un carton jaune à un coureur, en nommant son n° de dossard et la faute qui lui est reproché. Sa pénalité sera alors de parcourir une boucle supplémentaire de 300 mètres.

Au bout de 4 cartons jaunes, c’est la disqualification de la course.

En toute logique, un coureur qui ne respecte pas les règles, de par sa position, sa posture, ou la tenue de ses bâtons, ne devrait être à même de finir le 1er tour de la course (3km). Au bout de 800m, il devrait déjà être exclu. Dans les faits, il n’en est rien..

Règles publiées par la FFA :

  • La Marche Nordique consiste à propulser le corps à l’aide des quatre membres.
  • L’utilisation de deux bâtons spécifiques ’’marche nordique’’ est obligatoire.
  • A chaque instant, on doit avoir un pied et un bâton en contact avec le sol, le bras et la jambe doivent toujours être en opposition.
  • La main et le coude du bras d’attaque doivent passer au niveau de la fesse en fin de poussée avant d’attaquer à nouveau devant le corps.
  • Le pied qui avance doit attaquer le sol avec le talon. La jambe d’attaque ne doit pas être tendue lors de son passage à la verticale du bassin.
  • Le pas glissé en marche nordique est interdit. Définition du pas glissé : il consiste à allonger au maximum la foulée en attaquant par la plante du pied.
  • L’abaissement du centre de gravité est interdit : Il sera maitrisé et jugé à partir des deux regles suivantes : La Fente…, l’alignement…comme toutes les postures de l’athlétisme ou le bon alignement est primordial.
  • La Fente glissée est interdite : Avancée prolongée du genou au-delà du pied
  • Alignement articulaires obligatoire : Pied, genou, bassin, épaule, en fin de propulsion de la jambe arrière, avec la main opposée derrière la hanche.

Marche Nordique : des règles surtout pour limiter la vitesse ?

Par manque sans doute encore d’expérience, j’avoue ne pas avoir encore bien compris l’objectif de toutes les règles imposées par cette discipline. Si certaines me paraissent évidentes (ne pas courir, donc toujours un pied et un bâton au sol...), d’autres me paraissent pour le moins dénuées de sens (la main et le coude au niveau de la fesse ? cela me paraît bien difficile à réaliser, ou alors, il ne faut pas avoir d’avant-bras, ou des fesses énormes ? Faut-il donc abaisser son épaule ??).

Dépasser les 9/9.50km/h en marche nordique, cela s’appellerait tricher. Selon moi, les règles sont faites pour que les plus anciens, les moins sportifs, puissent pratiquer ce sport sans être complètement distancés. Les autres devant sans doute s’orienter, soit vers la marche athlétique, soit vers la course à pied. C’est du moins ma compréhension de ces règles. Elles sont mises en place pour limiter le côté athlétique, la puissance musculaire ne servant à rien, puisque le balancier caricatural imposé des bras/épaules doit rythmer la foulée.

Langueux 2016 : une course sous le signe du sourire

Avant le départ, nous sommes briefés. Des juges nous assigneront des cartons jaunes en cas de non respect des règles de la FFA. Ces mêmes règles ne nous sont, ni citées, ni démontrées par l’exemple. Dommage. Mais passons, cela doit être comme en droit français, nul n’est sensé ignorer la loi.

A peine 400 mètres après le départ, le premier juge du parcours délivre ses messages de mise en garde : "tu cours, tu ne pousse pas sur les bâtons, etc.". Ces messages sont adressés à certains coureurs dont le n° est cité par la juge. Je ne suis pas concerné, je suis étonné, car c’est ma première participation, mais il est vrai que je suis dans le gros du peloton, donc peu visible pour le moment... Et les avertissements seront sans cesse durant toute la course. Un stress incroyable...

Le premier tour se déroule tranquillement au niveau physique. Le rythme est de l’ordre de 8-8.50km/h environ, découverte du parcours, discussion entre les coureurs, bref, un échauffement... Mon cardio ne doit pas dépasser les 110 puls/min...

- un marcheur fou, à plus de 10 km/h !

Lors du second tour, nous constatons que le jeune marcheur qui a débuté la course en trombes effectue déjà son premier tour de pénalité. Il faut dire que lui marche à plus de 10 voire 11km/h. Pour ce faire, il abaisse son bassin, c’est ce qui s’appelle "courir" en marche nordique. Il effectue cependant son tour de pénalité en ne respectant toujours pas les règles. Pas grave... Il ne finira pas la course, pour disqualification. Les sanctions se font de plus en plus nombreuses autour de moi. Bilan, la peur du jugement se fait de plus en plus grande. Réflexes pour le moins ridicule, tous les coureurs réduisent leur allure dès lors que l’on approche d’un juge...

- Des ralentissements devant les juges... Comme sur la route devant les radars !

En marche nordique, c’est un peu comme sur nos routes, devant les radars de vitesse fixes. Même les automobilistes qui ne sont pas en excès de vitesse ralentissent de 10km/h, sous la vitesse limite, pour assureur le coup... Ridicule.

- Tenter un dépassement devant un juge ? Pénalité assurée ?

Au troisième tour, je suis frustré, physiquement, je ne suis ni essoufflé, ni physiquement entamé, je décide donc d’accélérer le rythme pour faire un peu de sport. C’était l’objectif initial. Bonne idée ! J’accélère donc violemment.

Je dépasse rapidement plusieurs coureurs, facilement. Arrivé sur le plat, je suis d’après moi près de 0.50km/h plus rapide que les autres. Grave erreur. Un juge sur le côté gauche et je ne ralentis pas. J’étais en plein dépassement, et je traversai une zone boueuse. Je n’ai sans doute pas bien tenu mon bâton gauche, et c’est la faute... Sans sommation, le juge m’adresse un "5951, pénalité !". Et bim... Je comprends que je me suis fait flashé au radar... La faute d’inattention, stupide, frustrant, mais sans doute méritée. Quelle idée de tenter un dépassement en pleine ligne droite !

Je termine donc ce dernier tour en pensant que je vais sans doute devoir faire petit tour supplémentaire, j’étais arrivé à me hisser sans doute sur la dernière marche du podium pour les masters 2, pas grave, c’est le jeu. Juste avant l’arrivée, je demande aux deux personnes stationnant devant l’entrée du parcours de pénalité si je suis concerné, le juge m’ayant adressé une pénalité, mais il n’a pas dit "carton jaune"... Une dame consulte sa liste et me confirme gentiment que je dois effectuer un tour en plus...

Pendant mon tour de pénalité, je scrute les marcheurs qui me passent de fait devant au classement général, tout ceux que j’ai dépassé lors de mon accélération. La morale ne serait-elle pas de ne pas souhaiter marcher plus vite ? Je n’en sais rien.

Bilan de cette expérience

Si la FFA souhaite développer cette activité, en compétition, il faudra nécessairement opter pour des règles plus optimales. Ceux qui ne les respectent pas, doivent se pénaliser d’eux-mêmes, ils doivent avancer ainsi moins vite. Par ailleurs, aucun jeune ne pourra réellement se mettre à la marche nordique si le côté sportif n’est pas au rendez-vous... A 9 km/h, cela n’a rien de grisant...

- de la frustration

De la frustration, car les règles ne sont pas toutes comprises. De nombreux marcheurs, après l’arrivée, reviennent sur leurs pénalités, et peu d’entre nous ont compris réellement ce qui leur a été reproché, c’est dommage.

- la peur de l’arbitraire

Des marcheurs, formés pourtant à la marche nordique (1er degré), pouvant être juge adjoint en compétition, ont été également pénalisés. Ce qui me fait penser que tout cela pourrait bien être arbitraire... Sans rentrer dans les évidents doutes sur les pénalités non attribués aux marcheurs locaux...

- ne pas arrêter son jugement si vite...

Afin d’accroître mon expérience, et de tenter de décrypter l’esprit qui se cache derrière certaines règles, ce type d’activité sera à refaire. Et puis, si ces limitations se confirment, par leur côté de non sportivité, la pratique du triathlon m’attend, avec la certitude de bien me calmer :)

Messages

  • J’ai bien aimé vos commentaire et votre ressenti sur la façon de juger.Je retiens un manque de transparence de la part de la ffa sur le rôle des juges.Ayant était moi
    même sur ce circuit j’ai fait la démarche pour faire la formation de juge pour mieux comprendre ce qui amener les juges à laisse passer certaine faute et à sanctionner d’autre .Au final j’ai compris un principe simple que les critères ne sont pas pour les marcheurs (même si certain devrait revoir la notion de marche ) mais avant tout pour permettre au juge d’avoir des point de repère dérogeant à la marche (11 au total d’après un lexique de faute établi par la ffa)
    ces critère n’ayant le but de brider la vitesse mais de garantir que chacun utiliser les bâtons pour marcher.
    Donc vous entendrez les mots dossard camelbag amble bâton main coude talon marche athlétique fente glisse alignement articulaire ou oscillation.
    Chaque critère correspondant à un visuel non arbitraire et si vous avez l’impression que c’est à la tête du client c’est que pour l’instant les juges peinent à se faire respecter par manque d’expérience et que l’on cherche à faire plus de pédagogie que nécessaire .
    Pour ne pas être pénalisé il faut simplement marcher avec des bâtons vécu une vrai propulsion en balançant les bras (donc un travail avec les épaules et non les bras flechi).
    En ce qui concerne le fliquage quand on a rien à se reprocher les juges savent aussi aprecier et féliciter .Les vidéo prouvent une nette amélioration mais des marcheurs encore trop juste pour participer à ce type d’épreuve et des compétiteurs qui confonde avec la course à pied.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

- Classement : 21eme, 7eme Master 2
- Chrono : 1 h 11 min
- Parcours : 10km100, très "marchant",
- Ambiance/animation : Aucune
- A recommander : +