EuroNordic Walk Vercors 2017

Le plus grand rassemblement de marcheurs nordiques en Europe se tenait le week-end du 10 et 11 juin 2017 à Villard de Lans, dans le vercors. L’occasion de participer à une course chronométrée de 12 km ainsi qu’à une randonnée loisir de 15 km.

vendredi 16 juin 2017, par Denis

Le week-end dernier se tenait à Villard de Lans, dans le Vercors, le plus grand rassemblement en Europe de marcheurs nordiques. Pas moins de 10.000 bâtons, et donc 2 fois moins de marcheurs, frétillaient à l’idée d’en découdre sur les chemins de cette magnifique région.

Les "MarcheOuCreve", rebaptisés les "MarcheOu’Rev", pour faire un peu moins guerriers, sont venus en équipe de 11 marcheurs sur ces hauts lieux de la Résistance. Histoire de prouver qu’en venant d’un plat pays, on peut également marcher sans en crever, ou donc, maintenant tout en rêvant... Hein ?? Laisse tomber, pas grave. Denis en faisait partie. Un sponsor avait tout organisé, maillot, briefing d’avant course, masseuses, apéros, raclette, bref, tout ce qu’il faut pour marcher.

Course chronométrée de 12 km, départ 14 heures, 26 degrés à l’ombre

Parcours de la marche nordique chronométrée, 3 tours de 4 km, 600m D+ Après la marche loisir de nuit de 10km du vendredi, les marcheurs pouvaient enchaîner sur l’épreuve officielle, le 12 km chronométré, ce samedi 10 juin 2017. 3ème édition de la Marche Nordique chronométrée. Des juges positionnés tout le long du parcours faisaient leur office. A la différence des courses officielles MNT, ici, l’on pouvait boire pendant la course, en dehors des ravitaillement. Les organisateurs partent du principe que celui qui n’utilise pas correctement ses bâtons se pénalise lui-même. Un principe que je ne peux qu’approuver. Par ailleurs, ne pas boire pendant cette épreuve, en dehors de la zone de ravitaillement aurait un souci de plus de santé pour les athlètes. Il fallait effectuer 3 fois la boucle de 4 km. 4km, dont 2km de descente et 2km de montée, pas de jaloux.

  • Un peu de dénivelé pour compliquer le tout, plus de 600m D+

Evidemment, nous sommes dans le Vercors, ici, le terrain plat est rare. Les marcheurs ont donc du composer avec le relief. Rien de terrifique, mais tout de même 630m de D+ (le parcours a été modifié sur les 500 premiers mètres...). Cela commence à compter au 3eme tour, certains flanchent dans la côte de 2km. Les secours sur place ne chôment pas du reste, car les coups de chaleur sont nombreux.

  • Top départ

Denis commence, comme d’habitude, trop calmement en marche nordique. Allure de sénateur, histoire de monter en température, malgré la météo.

-* 1er tour, tout va bien

Après le 1er tour il se met en action et entame une remontée rapide. Mais les premiers sont déjà trop loin, et en marche nordique, les écarts de vitesse sont très faibles.

  • 2eme tour, tout va bien

Denis accélère, limite il lâche la bête (unleash the beast, pour les connaisseurs. Une technique de motivation mentale pour s’échapper de sa destiné, bref, je vous expliquerai cela plus tard...) A la fin du second tour, Denis est passé de la 27eme place à la 5eme. Bip bip...

  • 3eme tour, tout va bien, et c’est la chute

Une arrivée pour le moins fracassante...

Denis termine 2eme V2, et 5eme au scratch... Tout allait au plus fort, un bon rythme, l’arrivée en ligne de mire. Dernier virage et hop. Denis s’écroule. Ce tocard a glissé sur des cailloux, dans cette pente dans laquelle de nombreux marcheurs viendront également glisser. Bilan : un p’tit bobo à la hanche, quelques égratignures au coude. L’hélicoptère n’a pas été appelé, rassurez-vous. Denis se relève, et termine tranquillement les 10 derniers mètres.

Si Denis est bien revenu sur les premiers, il aurait fallu un tour de plus, ou deux, pour finir en tête. Il lui restait largement des forces, mais ce n’est pas grave. Bref, peu importe, c’est une belle épreuve, et terminer 5eme au scratch et 2eme master 2 est une belle récompense.

De la marche nordique permet de récupérer de ses efforts en marche nordique

Et pour récupérer des efforts fait en marche nordique, on fait quoi ? Et bien de la marche nordique ! Bingo ! Le lendemain, remise du couvert. Randonnée, non chronométrée cette fois-ci de 15km, avec peu ou proue, 600m de D+ également. On ne change pas une équipe qui gagne. Mon brave Denis termine en tête de ce tour, qui n’était pas une compétition, mais au bout d’un quart d’heure à papoter dans les rangs des marcheurs, il n’a pas pu tenir. Il fallait avancer... Ce n’est pas maintenant qu’il va changer.

Bilan : des courbatures !

Si, si... Si au marathon de Marne & Gondoire couru le week-end précédent, je n’ai pas eu la moindre courbature, avec cette modeste marche nordique de seulement 12 bornes, j’ai eu des courbatures pendant 3 jours aux fessiers. Pas belle la vie ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.