Raid Golfe du Morbihan 2016, marche nordique, 28 km

28 km autour de la baie du golfe de Morbihan, Arradon - Vannes par le chemin des douaniers, au bord de l’Océan, une vue imprenable, sur les fessiers de la marcheuse qui vous précède...

mercredi 29 juin 2016, par Denis

Non, le 28km MN n’a rien à voir avec le Grand Raid de 177 km !

Hormis partager la même ligne d’arrivée, la course de marche nordique et le grand raid de 177km n’ont rien de commun. Ni sur la longueur, ni sur la difficulté.

Les héros de cette épreuve mythique, parcourant toute la baie du morbihan, soit un périple de 177 km, sont partis le vendredi 24 juin à 18 heures. Près de 1.000 athlètes n’avaient pas eu peur de s’inscrire pour cette épreuve, incroyable !

J’ai eu la chance d’assister, en tant que spectateur, au départ du 177km, et ai été pour le moins surpris. Certains concurrents n’avaient visiblement pas le physique pour courir 177km. Je sais que ce ne sont que des à priori stupides, j’ai l’habitude de voir des marathoniens avec des physiques inappropriés arriver au bout, mais là, nous parlons tout de même de 177km ! Rien à voir. Quand on est en surpoids d’une 15aine de kilos, cela relève de l’exploit et de non d’une performance de boucler un tel parcours. Par ailleurs, nombre d’entre eux partaient également avec un sac à dos bien trop chargé, de mon point de vue. Mais bon... Ils ont osé, bravo à eux.

Le lendemain, après les arrivées des premiers (en moins de 17 heures chez les hommes et 21 heures pour la première féminine !) le speaker annonçait déjà que plus de 300 athlètes avaient abandonné, marquant ainsi la difficulté de cette épreuve et le niveau de préparation qu’elle mérite...

28 km en marche nordique, c’est bien plus cool !

Pour celles et ceux qui n’avaient pas ou peu effectué de préparations physiques, il restait plusieurs autres courses, des trails de longueurs variées, mais surtout une épreuve ô combien tranquille : le 28 km marche nordique.

La course chronométrée de marche nordique a eu lieu le samedi 25 juin 2016, un départ donné à 13 heures. Près de 1000 participants, cela en fait un bon nombre de piques à brochettes ! L’organisation avait vu juste en nous attribuant des dossards à puce pour pouvoir établir 5 sas de départs différents, car bonjour les embouteillages !

Un départ dans le second sas... Cool, cool

J’avais convenu avec un athlète marcheur du célèbre club Val d’Europe Oxygène que nous partirions cool, genre 8 à 8.5km/h, histoire d’être certain de ne pas finir premier. C’est toujours gênant, ces podiums et autres récompenses, il faut attendre des heures, et puis, les marcheurs n’aiment pas bien les coureurs, mais chut...

Bref, nous partîmes du second sas. Très vite, nous nous retrouvâmes (pourquoi tant de passé simple ?) à la hauteur des derniers du sas précédent. Merdum, un départ cool pour rien donc.

Un parcours en partie sur le chemin des douaniers

On ne participe pas à une marche nordique de 28km uniquement par plaisir. L’enjeu était bel et bien de profiter du beau paysage. Le parcours empruntant le chemin de ronde des douaniers, l’épreuve se déroule en partie sur les murs de pierre longeant l’océan. De beaux paysages... Comme la pub l’indique : c’est une des plus belle baie du monde, vous pouvez en avoir plein les yeux. Ok, ok... Vu. C’est beau. Mais on fait quand un peu de sport ?

Raid du Golfe du Morbihan : le bon plan cul ?

Photo d'illustration, dans ce cas, c'est motivant... Le souci avec ces chemins de douaniers, c’est que ce n’est pas large du tout. Et donc, équipé de vos piques à brochettes, et devant éviter de vous faire planter par le marcheur ou la marcheuse vous précédant, pas facile de dépasser. Du coup, après avoir admiré la baie, forcément, votre regard se centralise sur l’arrière train de la personne marchant devant vous... Et 28 bornes à fixer des culs, c’est long !

Certes, il arrive que ce soit parfois agréable d’avoir de telles vues. Mais au fur et à mesure de la progression dans la course, la proportion d’hommes devient rapidement plus élevée, inversant proportionnellement l’intérêt d’une telle vision.

Heureusement ou malheureusement, des passages sur le bitume permettent de prendre un peu plus d’aisance et donc de dépasser en poussant un peu la cadence.

Bon plan cul, je ne sais pas, mais pas de planté de bâton !

Le marcheur nordique doit utiliser ses bâtons pour se propulser. Sauf qu’il faut encore pouvoir les planter pour effectuer une propulsion dessus. Or sur les pierres du chemin de garde, ou sur le bitume, c’est comme un peu tenter de couper du pain frais avec un couteau à beurre, ça merdouille grave... Heureusement, cette course n’est pas soumise à une cohorte de juges comme la course MNT 2016 de Langueux. Les marcheurs adaptent donc librement leurs styles...

Un ravito sympa...

A la mi-couse, une petite pause de 2 à 3 minutes a permis à nos yeux de se focaliser sur l’autre centre d’intérêt de la gente masculine, à savoir : la nourriture. J’avalais goulûment une compote de pommes, des raisins secs, une demi-tablette de chocolat, trois pâtes de fruits, une pomme, et trois barres de céréales. J’avais un peu faim. (Avaler tout cela en 3 minutes ? Nan, je dois exagérer un peu). Disons alors que j’ai avalé une compote de pomme et des raisins secs, mais au fait, on s’en fout !

L’estomac plein, place au sport...

Bon, les plans culs, ok, c’est sympa, mais on n’a pas fait 500 bornes pour ça ! Rien de mieux que le sport. Nous décidons donc de nous activer un peu. Les enfants, spectateurs le long du parcours, s’amusaient à compter la position des coureurs. L’un d’eux nous avait annoncé 120eme... Cela sonnait déjà bien, mais en activant le pas, les dépassements se succédaient rapidement. C’était le money time. Au final, je termine 52eme sur 874 arrivants, frais et dispo, en 3h 30min et 51 s. Comme quoi, le cul, pour faire avancer un mec, y’a que ça de vrai...

Un bémol : choqué et déçu par l’accueil pour le moins froid des héros du Grand Raid !

Je tenais a faire part de ma grande déception sur l’accueil réservé aux héros de la boucle du grand Raid. Certains arrivaient en même temps que les marcheurs nordiques, mais n’ont pas eu le moindre égard, ni de la part du speaker, ni même du public présent. Ce dernier ne comprenait même pas d’ailleurs ce que faisaient là, ces coureurs, en actions depuis plus de 26 heures... Arriver avec un tel anonymat après une telle épreuve, cela n’a rien de fair-play. Mais bon... Pour avoir les honneurs, ou ne pas avoir la vue sur les fessiers des autres, une seule solution : il faut arriver 1er !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

- 52eme/874 au général, 20eme Master 2
- Chrono : 3 h 30 min 51 sec
- Parcours : 28km, très marchant :)
- Ambiance/animation : Sympa ++
- A recommander : +++