4 heures de Montevrain 2016, récit de course

Une course pour le moins atypique : une durée de 4 heures, sur une boucle de 2km, l’objectif : faire le plus de tour possible...

mercredi 31 août 2016, par Denis

Organisée par Marne-La-Vallée Endurance, cette jeune course (3eme édition en 2016) est pour le moins surprenante. Un circuit trail de 2km, dans le parc des frênes à Montevrain (77), à parcourir le plus grand nombre de fois pendant une durée de 4 heures. Cette course reprend donc les principes de la redoutée course des 24 heures, mais à un niveau accessible au plus grand nombre.

Vos avis sur le 4 heures de Montevrain 2016, récit de course
2 votes
Notation : 4/5

Courir comme un hamster sur une boucle de 2km ? Détrompez-vous !

La première crainte de tout athlète à l’énoncé de ce type de course : courir 4 heures sur un circuit de 2 km, c’est le syndrome du hamster dans sa cage. Tourner en rond, qu’est-ce que cela doit être chiant...

J’ai eu la même réaction. Mais après avoir couru cette épreuve, je peux vous affirmer que c’est juste un à-priori. On ne s’ennuie pas du tout, car la boucle de 2km arpente un parcours varié : du faux-plat positif, des zones d’herbes, un sous-bois, une bonne descente sur un petit chemin, un franchissement d’un petit pont en devers, etc. Bref, de quoi satisfaire tout le monde.

Alors oui, ne vous attendez pas à du dénivelé de ouf. La boucle reste très sympa pour les jambes, elle est par ailleurs rapide, puisque les meilleures boucle la boucle (hi hi) en moins de 7 min 30 sec !

Pour ma part, je trouve ce parcours beaucoup moins ennuyeux que de courir 10 bornes en ligne droite sur un de ces marathons où le parcours est chiant à mourir, comme celui de Tokyo par exemple :)

En équipe ou en solo

Pour les vrais "warriors", les traileurs de bonne tenue, cette épreuve peut être courue en solo. Cela peut faite un bon entraînement pour un 100km par exemple, type Millau ou autre. Le dénivelé est faible, compter 400m de D+ pour les 4 heures environ, selon le nombre de tours effectué. Les premiers doivent faire environ 26 à 27 tours. Vous passez devant le ravito à chaque tour, pour les stressés du manque de sucre dans le sang, tout est donc prévu.

Mais le plus fréquent est de faire cette course en famille ou du moins en équipe.

Côté équipe, les relais peuvent aller de 2 à 5 ! C’est large ! Bon ok, à 5 dans l’équipe, on a pas vraiment le temps de mouiller le maillot, mais cela permet de faire participer celles et ceux dont la course à pied n’est encore qu’un sport de complément.

Pour ma part, j’ai tenté cette course avec une grande équipe, nous étions 2 !

Ma course du 28 août 2016

Nous avions décidé, avec mon camarade de marche nordique, de nous inscrire à cette course pour effectuer des fractionnés de 2 bornes, histoire de maintenir notre cardio (VO2 max et tout le toutim...) au niveau en cette période de rentrée. Je prépare le marathon de Tours, et doit, de toutes façons, bien faire quelques efforts de temps en temps...

Mon camarade avait couru cette course l’an passée. Pour ma part, j’en ignorais l’existence, habitant pourtant une commune voisine... Comme quoi.

- Une météo au top

Les jours précédents la course, la canicule frappait l’Ile de France. Avec des températures de 36 degrés à l’ombre, je me voyais mal tourner pendant 2 heures dans un parc, si beau soit-il... Mais par chance, en ce dimanche matin, la météo était tout à fait adaptée pour une course à pied. Tip top. Par ailleurs, une partie de la boucle est en sous-bois, ce qui permet de profiter de l’ombre. Cette partie du parcours correspond en plus à la fin du faux-plat défavorable... Cool !

- la tactique du 1 tour sur 2

Au niveau des relais, nous avons décidé de faire 1 tour à tour de rôle. Ce n’est pas le plus optimal pour la performance, car pour suivre son rythme cela aurait plus pertinent de cumuler plusieurs tours d’affilée, mais nous ne voulions pas que celui qui attendait s’ennuie outre mesure. Au final, ainsi, les 4 heures ont défilé rapidement. Ma montre m’indique un peu moins de 30 bornes, mais je pense n’en avoir couru que 28, le reste c’est du déplacement lors de l’attente du relais. Au total, 14 fractionnés de 2km, en moyenne bouclés en 4m15 au kilo. Le dernier fractionné couru en duo avec mon co-équipier, en mode récup.

- Venus pour participer, sur le podium, ils ont terminé !

Nous n’avions aucun objectif de performance, participer étant pour nous déjà l’essentiel. Mais, à notre grande surprise, nous nous sommes pris au jeu après la 1ère heure de course lorsque le speaker a annoncé que nous étions 3eme. Notre meilleur km était en 3min47s, loin derrière les 2 équipes nous précédant. Mais peu importe. L’enjeu était donc de conserver cette 3eme place que l’équipe qui nous talonnait voulait logiquement prendre. Mon camarade d’équipe, un marcheur nordique expérimenté, a donné tout ce qu’il ne pouvait. Le speaker taquinait gentiment notre équipe, attendant que mon équipier vomisse à certaines fins de boucle, ce qui n’est jamais arrivé !

Au final, nous terminons 3eme par équipe, non sans fierté. Nous n’étions que 2 dans notre équipe... Les autres équipes étaient au moins 4 ! Autant dire que nous avons un peu transpiré quand même...

- 4 jeunes de 25 ans valent mieux que 2 de 50 ans !

Effectivement, l’adage indiquant que 4 jeunes de 25 ans valent mieux que 2 de 50 est malheureusement encore une fois vérifié... Les 1er étaient eux 4 dans leur relais et un de leur équipier tournait en en 3min25 au kilo. Les seconds étaient 4 également avec encore des plus jeunes, mais déjà très talentueux (3m35 au kilo pour l’un d’eux), mais n’ont fait que 2 tours chacun pour respecter leur jeune âge...

- Une ambiance de dimanche à la campagne...

Une très bonne ambiance sur cette course, type dimanche à la campagne, loin du stress des courses en ville. Des tentes et chaises étaient prévues pour les relayeurs, espace ombragé, café, eau, tout y était. Une organisation soignée, dans un bel esprit.

Une course à faire ou à refaire !

Je retiens cette course pour l’an prochain comme une bonne prépa pour les 100km de Millau, à faire en solo. Par contre, pour jouer la gagne en équipe, il faut venir avec des warriors, vu les chronos réalisés de ce côté-ci du clos du chêne par les jeunes du coin, sensibilisés, dès le plus jeune âge, au goût de la performance. Des graines de champions sont semés dans le coin, méfiez-vous !

(crédits photos : lucas.rubinstein)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.