EcoTrail de Paris 2017, 80 km et arrivée au 1er étage de la tour Eiffel !

10eme anniversaire de l’Eco-Trail de Paris, le 18 mars 2017. Denis veut en être ! Grimper les 386 marches du 1er étage de la tour Eiffel après 80 bornes de course à pied, le grand kiff ! Attention, Denis se met au trail ! Chaud devant. Quand un vieux a décidé un truc, allez lui faire changer d’avis ! Ce tocard de la course à pied pense que la vie est trop courte pour ne pas en profiter ! Oui, 80km c’est long, et alors ?

vendredi 3 février 2017, par Denis

Serait-il devenu fou ?

Nan... Rien d’exceptionnel... Ce qui devait arriver arriva ! Denis s’est mis en tête de courir des distances un peu plus longues que des marathons. Une fois le saint Graal des amateurs atteint, être au moins une fois sous les 3 heures au marathon, il faut bien se trouver de nouveaux défis. Se fixer comme défi de passer sous les 2 heures sur un marathon est sympa, mais Denis ne croit pas suffisamment en lui, ou est-il tout simplement un peu limité, intellectuellement, pas de doute, mais également physiquement ?

Nouveaux défis, nouvelles chaussettes, nouvelle vie

Malheureusement Denis n’a rien trouvé de mieux que d’aller vers les longues distances... Il aurait pu choisir de faire de l’équitation, de la natation, du vélo, du jardinage, de l’élevage canin... Nan, ce têtu ne veut rien savoir, courir sur des longues distances, en chier comme un mort de faim... Voilà ce qu’il kiffe ce maso ou du moins pense aimer... La vérité est sans doute ailleurs.

Débuter par un 80 bornes relativement plat, un bon plan ?

Quand on est rompu à la course à pied sur du plat, aller directement sur des trails avec des dénivelés de folie, genre plus de 5.000D+, c’est un peu comme vouloir courir le marathon en moins de 3 heures, alors qu’au semi on met 2 plombes. C’est juste stupide ! Un mot que Denis connaît bien, mais quel est son sens déjà ?

L’Eco Trail de Paris n’est pas le trail de warrior. Plutôt plat, il affiche tout de même officiellement un 1.500D+, un tarif respectable, mais rien de bien méchant. Enfin sur le papier.

Bien se préparer pour aller à la guerre

Ne jamais partir sur une course avec la fleur au fusil, en se disant, je vais aviser une fois sur place. Avec son sac à dos de trailer (gilet pare-balles), Denis est un guerrier. La course c’est une bataille contre lui-même, et le parcours n’est autre qu’un déplacement de troupes. Alors la fleur au fusil, cela ne fonctionne pas. Denis le sait. La vie est cruelle, et le kilomètre étalon s’allonge avec la durée d’effort.

C’est pourquoi, il a peaufiné un petit plan d’entraînement sur-mesure. La technique des blocs. A partir d’un plan déniché sur le web pour les trail de 60/70 km, Denis en modifie quelque peu les séances, pour les mixer avec le plan de son club Bussy Running, en incluant les séances de cardio proposées du jeudi soir, ainsi que les sorties de fractionnées longs du samedi matin, et les sorties longues du dimanche matin. Ainsi Denis souhaite faire des blocs le WE, histoire de finir par se taper la distance cible sur les 2 jours du WE, soit 80 bornes, en 3 sorties (samedi matin, fractionné long, samedi aprem récup cool et dimanche matin, une sortie fond la plus longue).

Cet animal pense ainsi que cela reflète le mieux son attitude en cours lors de la déclaration de la guerre :

  • il va partir comme un taré, à bloc, les 20 premiers kilos, comme s’il avait 20 balais, car il ne pourra s’empêcher de suivre les lièvres, (cf séance de fractionnés longs du samedi matin),
  • puis il va se rendre compte qu’il n’aura plus de jus dans 10 minutes, (séance de récup, tout mou, tout humble du samedi aprem),
  • et après un retour à la vraie vie, il va gérer sa fin de course au mental comme un gentil garçon qu’il est (sortie très longue du dimanche matin, allure de grabataire).

Les séances iront crescendo, 50km le 1er WE, 65km le second, et 80km le troisième. that’s it !

Le reste de la semaine, le lundi sera réservé à la récup du bloc du WE. Soit marche nordique, soit massages thaïlandais avec ces deux filles superbes et peu vêtues (mais sa femme lui rappelle que lundi c’est marche nordique et rien d’autre... What else ?), le mardi, c’est fractionné court, garder un peu de vitesse, c’est ce qui compte. Le mercredi, c’est 20 bornes total aisance, le jeudi matin c’est footing récup, à jeun, si le vieux n’a pas encore atteint son poids de forme 2 à 3 semaines avant le début de la guerre.

Un plan d’entraînement adapté à Denis

Débutant le jour de l’investiture de Trump, ce plan d’une durée de 6 semaines, donc de la même durée que le maintien de ce farfelu au pouvoir, ce plan d’entraînement conçu par Denis sera donc avant tout un plan de bataille (et non, aucune construction de mur n’est prévue...) :

  • Lundi : marche nordique, ou massages thaïlandais effectués par deux femmes nues,
  • Mardi : fractionné court, 2 x 10’, 45/30, puis 30/30,
  • Mercredi matin : footing récup,
  • Mercredi soir : 20 bornes allure EcoTrail (du début de course :) ),
  • Jeudi matin : footing récup,
  • Jeudi soir : séance de Cardio-training,
  • Vendredi : RIEN !

BLOC DU WEEK-END

  • Samedi matin : fractionnés longs (1k, 2K, 3K)
  • Samedi aprem : footing récup (<15 km)
  • Dimanche : sortie longue > 3 heures, alimentation idem course.

Chrono visé : 10 heures.

Ce plan ci-dessus est de la pure théorie. En pratique, ci-dessous, ce que Denis effectue réellement. Un seul jour est vraiment respecté, le vendredi, le jour du repos.

  • Lundi : marche nordique (WTF !),
  • Mardi : fractionné court, 2 x 10’, 45/30, puis 30/30,
  • Mercredi : 20 bornes allure sensation,
  • Jeudi matin : footing récup, mais de quoi du coup ?,
  • Jeudi soir : Cardio, de temps en temps, sinon sortie classique,
  • Vendredi : RIEN ! C’est ce qu’il fait le mieux !
  • Samedi matin : fractionnés longs (1k, 2K, 3K), selon la météo, le vent, les vagues,
  • Dimanche : sortie longue > 3 heures, alimentation idem course.

Chrono visé : arriver avant 1 heure du mat au 1er étage de la tour Eiffel.

  • Nouvelle politique alimentaire : plus d’animaux morts

Nan, Denis ne va pas manger vivant des animaux non plus. Denis renonce tout simplement à manger tout animal mort durant ces 6 semaines, hors contraintes qu’il ne peut contourner : repas d’affaires avec ses créanciers, repas familial du dimanche midi. Il renonce également à manger des huîtres fraîches et des nems frits. Pourquoi ? Ben parce qu’il n’aime pas ! Mais attention, il ne devient pas pour autant Vegan, végétarien ou autre Gluten free ou je ne sais encore quel anglicisme à la con. Il continuera de manger des protéines animales, via notamment la consommation des œufs de ses poules.

Denis s’entraîne...

Bloc de 80 bornes sur le WE.

Rien d’exceptionnel, mais ça commence à tirer dans les jambes, il faut quand même bien connaître son corps avant de se lancer dans ce type de séance. Compte-tenu de mon planning, des vacances, et autres contraintes, je ne le ferai qu’une seule fois.

Par contre, c’est top pour tester sa nourriture durant les séances longues. Déjà exit les compotes banane/pomme, trop lourd à digérer pour moi. Du coup, je vous passe les détails, mais au lieu de porter la petite gourde, vous portez la compote dans votre estomac.

Sinon, toujours le même souci au niveau de l’hydratation, largement insuffisante.

  • Equipements des pieds, faudra acheter des vraies chaussures de trail !

Bon les chaussures de route, c’est bien sur la route, mais dès que l’on passe sur des terrains humides, cela devient "holiday on boue".

Chaussures choisies pour ce trail roulant, des Asics. On ne change pas une paire qui gagne, mais plutôt qu’utiliser mes DS Racer, j’ai opté pour des

Entraînements again...

Le marathon de prépa avec un peu de dénivelé (moins de 500m) s’est bien déroulé, en 3 heures 39 minutes. Pas de fatigue plus que cela, juste marre de porter ce sac à dos, mais bon, quand on est un escargot, faut porter sa maison. Le hic est le manque d’hydratation. Je n’ai bu qu’un litre et demi en plus de 3 h 30 d’effort, et cela n’est pas bon du tout. Il faut compter 1 litre par heure pour un tocard comme moi.

Garmin perd le Nord ?

Ma montre garmin est vraiment top (fenix 3), mais pas vraiment fiable au niveau des performances estimées. Les chronos potentiels sont délirants (marathon en 2h48, 10 bornes en 36 minutes, bref, du n’importe quoi...). De même, les estimations du VO2 Max sont au taquet, en sortie du compte-tour. Faudrait sans doute revoir les échelles chez Garmin... Je n’imagine même pas les affichages de coureurs rapides, avec des VMA de 18 et plus, l’aiguille doit faire deux fois le tour de l’écran.

La course, Jour J

Veille de la course, 17 mars, une soirée jazz... ça promet, mais pas trop d’inquiétude, ce n’est pas la nuit précédente de l’épreuve que se joue l’épreuve. Hein, n’est-ce pas ?

EcoTrail 2017 : récit de course, ballade bouclée en 7 h 25 minutes !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.